4.12. Texte et Polices

Exemple de Texte, montrant les limites du calque de texte. (Police: Utopia bold)

Une des plus importantes améliorations de Gimp-2.0 par rapport à Gimp-1.2 est sa façon de gérer les textes. Maintenant, chaque texte va dans un calque séparé, et vous pouvez revenir au calque par la suite pour en éditer le texte. Vous pouvez aussi déplacer le texte dans l'image, ou changer de police ou de taille de police. Vous pouvez utiliser toutes les polices présentes sur votre système. Vous pouvez contrôler la justification, l'indentation et l'espacement des lignes.

En fait, vous pouvez opérer sur un calque de texte comme vous le faites avec les autres calques, mais au risque d'abandonner la possibilité d'éditer le texte sans perdre le résultat de votre travail.

Pour comprendre certaines des particularités de la gestion des textes, vous devez savoir qu'un calque de texte contient plus d'information que sa simple composition en pixels: il contient aussi une représentation du texte comme dans un éditeur de texte. Vous pouvez vous en rendre compte dans la fenêtre d'édition du texte qui apparaît quand vous utilisez l'outil Texte: chaque fois que vous modifiez le texte, l'image du calque est redessinée pour refléter vos changements.

Maintenant, supposons que vous créiez un calque de texte, puis que vous agissiez sur lui autrement qu'avec l'outil Texte, en appliquant une rotation par exemple. Si vous essayez alors d'éditer à nouveau ce texte avec l'outil Texte, cet outil redessinera le calque, effaçant le résultat des opérations que vous avez effectuées entre temps.

Parce que ce danger n'est pas évident, l'outil Texte cherche à vous en protéger. Si vous essayez de travailler sur un calque de texte et qu'ensuite vous essayez d'éditer le texte, un message apparaît,vous avertissant que vos modifications vont être annulées, et vous offrant trois options: (1) éditer le texte de toute façon; (2) annuler; (3) créer un nouveau calque de texte avec le même texte que celui sur lequel vous avez travaillé.

Embellir un Texte

Quatre exemples de textes recherchés, créés avec les scripts de logo "alien neon", "bovination", "frosty", et "craie". Les paramètres par défaut ont été utilisés, sauf en ce qui concerne la taille des polices.

Nombreuses sont les choses que vous pouvez faire pour varier l'aspect de vos textes, autrement qu'en ne produisant que des polices de taille et de couleurs différentes. En transformant un texte en sélection ou en chemin, vous pouvez le Remplir, en «tracer» les contours, le transformer, et plus généralement appliquer dessus toute la panoplie des outils de Gimp. En démonstration, essayez les scripts de logos que vous trouverez dans les menus de la Boîte à outils à Exts->Script-Fu->Logos. Chacun de ces scripts vous permet d'entrer un texte et crée un logo à partir de ce texte dans une nouvelle image. Si vous vouliez modifier un de ces scripts ou construire vous-même un script, les articles utiliser les Script-Fu et Le guide des Script-Fu vous aiderons dans vos débuts. Bien entendu, ces script-fus ne sont pas indispensables à la réalisation de ces effets, ils servent simplement à les automatiser.

Ajouter des polices

Pour plus d'informations sur les polices, voyez la page sur les polices sur le site www.gimp-fr.org.

Gimp utilise le moteur de polices Freetype 2 pour produire les polices, et un système appelé Fontconfig pour les manipuler. Gimp vous permettra d'utiliser n'importe quelle fonte située dans le chemin des polices de Fontconfig, placé dans la page Dossiers/Polices des Préférences. Le chemin de recherche des polices par défaut est le répertoire des polices système (que vous ne devez pas modifier, même s'il est vide), et votre répertoire personnel. Vous pouvez ajouter de nouveaux dossiers au chemin de recherche si c'est plus pratique pour vous.

FreeType 2 est un système très puissant et très pratique. Par défut, il accepte les formats de fichiers police suivants:

  • Polices TrueType (et collections)

  • Polices de type

  • Polices de type CID-keyed

  • Polices CFF

  • Polices OpenType (à la fois TrueType et variants CFF)

  • Polices bitmap basées sur SFNT

  • Polices X11 PCF

  • Polices Windows FNT

  • Polices BDF (incluant les polices lissées)

  • Polices PFR

  • Polices Type (soutien limité)

Vous pouvez aussi ajouter des modules pour gérer d'autres types de fichiers de polices. Voyez FREETYPE 2 pour plus d'informations.

Linux.  Sur un système Linux, si la librairie Fontconfig est paramétrée normalement, tout ce que vous avez à faire pour ajouter une nouvelle police est de placer le fichier dans le répertoire ~/.fonts. La police sera ainsi disponible non seulement pour Gimp mais aussi pour tous les programmes qui utilisent Fontconfig. Si vous voulez que la police ne soit disponible que pour Gimp, placez-la dans votre répertoire personnel de polices. La police sera disponible quand vous redémarrerez Gimp, mais si vous voulez qu'elle le soit au cours d'une session Gimp, appuyez sur le bouton Rafraîchir du Dialogue des polices.

Windows.  Avec Windows, la façon la plus simple d'installer une police est de faire glisser le fichier dans le répertoire des polices, probalement C:\windows\fonts ou C:\winnt\fonts. Parfois, le fait de double-cliquer sur un fichier de police installe le fichier en même temps qu'il s'affiche; parfois, il ne fait que l'afficher. La police sera utilisable par toutes les applications Windows.

Pour installer un fichier Type 1, vous avez besoin des fichiers .pfb et .pfm. Glissez celui qui a une icône dans le dossier des polices. L'autre ne doit pas obligatoirement être au même endroit, mais ça ne gêne pas.

En principe, Gimp peut utiliser, avec Windows, tous les types de polices que FreeType peut gérer; cependant, pour les polices que Windows ne sait pas gérer, vous devez les installer en les mettant dans le dossier fonts de votre répertoire Gimp personnel, ou à une autre localisation dans votre chemin de recherche des polices. Les polices acceptées par Windows ont varié avec les versions. Gimp accepte au moins les TrueType, Windows FON et Windows FNT. Windows 2000 et les versions ultérieures acceptent les Type 1 et les OpenType. Windows Me accepte les OpenType et peut-être les Type 1.

[Note] Note

Comme dans Linux, Gimp, dans Windows, utilise Fontconfig pour manipuler les polices. Les instructions précédentes marchent parce que Fontconfig utilise le répertoire des polices de Windows. Si, pour quelque raison, Fontconfig est configuré différemment, vous devrez savoir où placer vos polices pour que Gimp puisse les trouver: dans tous les cas, le dossier fonts de votre répertoire Gimp personnel conviendra.

Problèmes de polices

Les problèmes de polices ont été à l'origine de plus de rapports de bogue avec Gimp 2 que chacune des autres causes. Dans la plupart des cas, il s'agissait de fichiers de polices mal formés qui n'étaient pas reconnus par Fontconfig. Si Gimp se plante au démarrage quand il scanne votre répertoire des polices, le mieux est de passer à une version plus récente de FontConfig que la 2.2.0. Sur le moment, vous pouvez démarrer Gimp avec l'option --no-fonts de la ligne de commande, mais vous ne pourrez alors pas utiliser l'outil Texte.

Un autre problème bien connu est que Pango ne peut pas charger les polices qui ne représentent pas les caractères Unicode. (Pango est la librairie de présentation de texte utilisée par Gimp). Beaucoup de polices de symboles sont dans ce cas et, sur certains systèmes, peuvent occasionner un plantage. Passer à Pango 1.4 ou ultérieur devrait régler le problème.

Une source d'embarras survient fréquemment sous Windows: quand Gimp rencontre un fichier de police mal formé, le message Ne fermez pas cette fenêtre de console, Gimp serait fermé . Ne la fermez donc pas; contentez-vous de la minimiser.